mercredi 11 octobre 2017

Présentation des blogueurs/booktubers [3] - LE COIN D'AUDREY

Des questions de présentation :

 

Est-ce que tu peux te présenter ? Je suis une licorne, mais il ne faut pas le dire… Du coup, je me fais passer pour une humaine, Audrey, 27 ans (il faut que je le dise pour l'accepter), maman à temps plein ! Entre deux moments de répit, j'aime mon plonger dans un bon roman ou un film, une série, tout ce qui peut me faire quitter un temps soit peu la réalité de notre monde. Du coup, je vacille entre fantastique, fantasy, bit-lit, romance … En fait, il y a juste le policier/thriller ou je rencontre quelques difficultés.

 
Peux-tu présenter ton blog ? Mon blog est un peu mon enfant, il est né il y a 5 ans, alors que j'attendais réellement ma princesse. J'y regroupe mes avis sur mes lectures, mais j'essaie de varié avec des Tag, des interviews et encore de petites choses à mettre en place.


Qu’est-ce que tu aimes dans le fait de tenir un blog ? Mon objectif était de partager et c'est ce qui me motive encore aujourd'hui. Que ce soit avec d'autres passionnées, avec des auteurs ou même les maisons d'édition, je ne m'attendais pas à aller aussi loin et j'ai encore de nombreux projets en tête !


Comment t’organises-tu au niveau des Service Presse pour éviter de prendre du retard ? Fût un temps où j'ai complètement été dépassée par les services presses, non pas que je croulais sous une tonne, mais où j'ai tenté de jongler entre ma pile à lire et ces SP. Du coup, maintenant que je suis à jour, je termine ma lecture actuelle, je me charge d'un SP qui s'est glissé dans la boîte aux lettres, puis je reprend les livres de ma pile à lire, cela me permet parfois de prendre beaucoup d'avance sur le mois qui nous ai donné et bien taper dans ma PAL. Après, il ne faut pas oublier que je suis à la maison donc un peu plus de temps pour lire qu'une personne bossant tous les jours.

 
Qu’est-ce- que tu penses des réseaux sociaux ? Au commencement, Dieu  créa … Ha ha ! Petite blagounette.
En débutant sur la blogosphère, je ne connaissais que Facebook, que je gérais bien depuis des années. En débarquant sur Twitter … Mandieu, j'ai failli abandonner au bout d'une semaine et maintenant, je suis toujours sur Twitter et un peu moins sur Facebook ! Je trouve cela plus convivial, moins « fouine ». Cela m'a surtout permis de rencontrer (virtuellement) de magnifiques personnes

 
Un dernier mot pour la fin ?
Sing me a song of a lass that is gone,
Say, could that lass be I?
Merry of soul she sailed on a day
Over the sea to Skye.

Parce qu'elle est dans ma tête depuis des semaines et qu'elle est magnifique

Sinon, merci à toi pour cette interview, moi qui suis habituée à poser les questions, je me rend compte qu'il n'est pas forcément facile d'y répondre …

 

Des questions pour le fun :

 
Quel est ton rêve le plus cher ? Le plus cher financièrement parlant c'est d'avoir la même bibliothèque que Bête dans le dessin animé … Sinon, celui qui me tient réellement à cœur, c'est bien faire un gros salon du livre sur Paris ou Montreuil.

 
Si tu pouvais avoir un pouvoir magique, quel serait-il ? Pourquoi ? Être une licorne ? Ha ha !
Je me suis souvent posé la question et je prendrais celui de mon idole, Marie Holly Combs, alias Piper dans Charmed

 
Si tu pouvais rencontrer une personne célèbre (vivante ou morte), qui choisirais-tu ? Pourquoi ? Woaw, là je me creuse durement les méninges. 
Haaaaa trouvé ! Ça fait quand même une heure que je cherche !
Je désirerais rencontrer Laurell K,Hamilton qui a été la première auteure « adulte » que j'ai pu lire et dont je suis tombée follement amoureuse de ses écrits

 
Si tu pouvais recréer notre monde de manière loufoque et complétement utopique, comment l’imaginerais-tu ? Que l'Homme et plus particulièrement l'homme, comprenne enfin que la femme n'est pas un ennemi, une chose qui est moindre, une égalité qui amènera un bon nombre de changements dans notre quotidien.
Après, il y a tellement de choses à supprimer, cela pourrait finir en pays des Bisounours si je m'y mets !

 
Peux-tu nous donner 10 infos sur toi ?

• Je ne suis hélas pas une licorne …

• Je peux regarder des milliers de fois un film s'il me plaît, sans jamais m'en lasser.
 
• J'ai une fille de quatre ans et un fils de deux ans et demi à qui j'enseigne le même mode de vie et chacun joue avec des voitures, comme des poupées.

• La collection dans laquelle j'ai le plus grand nombre de romans c'est Milady (notamment grâce à la bit-lit)

• J'ai tendance à faire passer le besoin des autres avant les miens.

• Le cap des 30 ans me fait peur...

• J'aimerai beaucoup prendre des cours d'anglais pour me perfectionner et faire un road trip en Angleterre/Ecosse/Irlande

• Je suis très proche de ma famille et je vis très mal cet éloignement (bien que ça fasse 5 ans…)

• Je suis de nature calme et rigolarde, mais je peux devenir complètement dingue sur des sujets comme le racisme si je sens une lourdeur d'un côté ou d'un autre.

• Je vous aime

 


==> son blog
==> son Twitter
==> son Facebook
==> son Instagram

Le Monstrologue, tome 1 - Rick Yancey


Titre : Le Monstrologue, tome 1

Auteur : Rick Yancey

Genre : Fantastique

Editions : Collection R

Date de sortie : 19/01/2017

Nombre de pages : 458

Prix : 18,90 € (papier) ou 12,99 € (numérique)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
La peur est parfois notre seule amie.
« Voici les secrets que j'ai gardés. La confiance que je n'ai jamais trahie. Mais cela fait aujourd'hui plus de quatre-vingt-dix ans qu'est mort celui qui m'a accordé sa confiance, celui dont j'ai conservé les secrets. Celui qui m'a sauvé... et aussi condamné. »
Ainsi commence le journal de Will Henry, jeune apprenti auprès d'un docteur à la spécialité des plus inhabituelles : la chasse aux monstres. Au fil des années passées à ses côtés, Will s'est accoutumé aux visites nocturnes et aux missions périlleuses. Mais lorsqu'une nuit, un pilleur de tombes leur apporte une trouvaille particulièrement macabre, Will et son maître se retrouvent embarqués dans une vertigineuse descente au cœur de l'horreur...
L'auteur de la série best-seller La 5e Vague revient avec quatre tomes d'épouvante : âmes sensibles s'abstenir !
 
Mon avis :
 
« Pouvait-il exister ironie plus cruelle ? Bien qu’il ait réussi à échapper à cet enfer, c’est la vérité qui avait amené le Capitaine Varner dans cet asile, car seul un homme fou est apte à croire ce que savent pertinemment tous les enfants : il y a bel et bien des monstres cachés sous nos lits. »
 
Etant une adepte des récits fantastiques avec toutes sortes de créatures, j’étais intrigué par ce livre.
J’avais envie de savoir ce qu’il renfermait.
 
Par contre, j’ai dû le lire en 2 fois car j’ai eu du mal avec les récits de Will Henry concernant son maître, son protecteur : le Monstrologue, Dr Pellinore Warthrop.
Quand le livre parlait de lui, c’était au moment des dialogues, ou devrais-je plutôt dire, des quasi-monologues de XX. Il tenait des discours sans queue, ni tête ; En fait, on avait l’impression qu’il disait tout haut, tout ce qui lui passait par la tête, toutes ses réflexions, sauf que c’était plutôt ennuyeux…
De plus, il n’était pas forcément très gentil dans ses paroles avec Will Henry.
Will Henry est orphelin depuis environ un an. Son père travaillait comme assistant du Monstrologue. Celui-ci a pris Will Henry sous son aile en temps qu’apprenti-assistant. Et étant un jeune garçon bien élevé et gentil, il fait tout ce qu’il lui demande, car il s’est attaché au Monstrologue.
 
Heureusement, pour contrebalancer tout ça, l’histoire contient bien des monstres. Il y a également une petite enquête des deux personnages principaux pour savoir comment ces montres sont arrivés là, en Nouvelle-Angleterre alors qu’ils sont censés vivre en Afrique.
L’histoire en est donc effrayante à souhait et pleine de rebondissements et d’actions.
Bref, un avis plutôt positif malgré un début chaotique au niveau des personnages, j’ai appris à les apprécier au fil des pages, et les monstres, bien que complètement écœurants, ont su me charmer.
 
 

La Maison de la Nuit, HS3 La Malédiction de Néferet - P.C. Cast et Krisin Cast


Titre : La Maison de la Nuit, HS 3 La Malédiction de Néferet

Auteur : Kristin Cast et P.C. Cast

Genre : Fantastique / YA

Editions : PKJ

Date de sortie : 05/03/2015

Nombre de pages : 192

Prix : 9,90 € (papier) ou 8,99 € (numérique)
 
 
 
 
Synopsis :
 
Chicago, 1892 : Emily Wheiler, 16 ans, est belle et respire la joie de vivre. Jusqu'à ce que sa mère meure. Finis, les fêtes et les rires ; Emily devient la nouvelle maîtresse de maison et doit tenir son rang. Emprisonnée dans sa propre demeure, la jeune fille ne rêve plus que d'une chose : s'enfuir, quitte à vendre son âme au diable. Mais pactiser avec un vampire a des conséquences. Quand elle reçoit ses nouveaux pouvoirs et son nouveau nom, Neferet, la jeune fille découvre qu'un sombre de désir de vengeance grandit en elle...
 
Mon avis :
 
Voici mon avis sur la 3ème novella de la saga La Maison de la Nuit.
Pour information, ce tome peut se lire entre les tomes 11 et 12.
Comme pour les autres livres de cette série, je me suis rapidement plongée dans cette lecture.
 
J’avais hâte de commencer cette nouvelle car j’’avais apprécié les précédentes novella et celle-ci traite un personnage très important dans la série : Néferet. Au début de la saga, c’est un personnage que j’aimais bien et au fur et à mesure des tomes, elle nous montre sa vraie nature et devient de plus en plus sombre.
J’avais envie de découvrir sa jeunesse, afin de savoir ce qui l’avait transformé à ce point. D’autant plus que les tomes principaux nous laissaient entrevoir un peu l’enfer qu’elle avait vécu.
 
Malgré le fait que j’ai appris à la détester, ici, elle a su me toucher, m’émouvoir car j’avais de la pitié pour elle.
Les seules bonnes choses lui étant arrivées, lui sont revenues en pleine face quand elle a été transformé en vampire. On comprend donc qu’elle a du mal à apprécier les bonnes choses de la vie, et qu’elle a appris à rechercher autre chose…
Bref, cette novella n’est toujours pas nécessaire pour la compréhension de l’histoire, mais comme pour les précédentes, elle est très intéressante et sympa à découvrir pour les adeptes comme moi de la série.
 
 

lundi 9 octobre 2017

Marked Men, tome 1 Rule - Jay Crownover


Titre : Marked Men, tome 1 Rule

Auteur : Jay Crownover

Genre : Romance

Editions : J’ai lu

Date de sortie : 19/04/2017

Nombre de pages : 405

Prix : 17,00 € (papier) ou 9,99 € (numérique) ou 7,40 € (poche)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
Rule est la première saison d’une série passionnante sur l’univers du tatouage et du métal.
Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne.
Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus, tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des piercings et les cheveux de toutes les couleurs.
Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant…
Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver.
Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?
L’ambiance de cette série est celle d’un salon de tatouage, de concerts de métal, le tout agrémenté de délires de colocataires et de virées dans leur ville natale.
 
 
Mon avis :
 
Me voilà plongée dans un univers qui m’est, à la fois familier, et en même temps qui ne l’est pas.
J’ai l’habitude des romances, mais plus dans les romans fantastiques comme j’ai l’habitude de lire.
Je n’ai pas l’habitude de lire des romances « basiques ». Ça ressemble beaucoup à la réalité et j’ai tendance à m’ennuyer…
 
Ici j’ai bien aimé le début, quand Rule et Shaw (que l’on suit tous les deux car il y a une alternance de narrateurs) se cherchent. A ce moment-là, ça met de l’action, du piment car on ne sait pas à quel moment ils vont craquer (même si on sait déjà que ça va arriver).
Après, c’est tout beau et même si leurs problèmes respectifs n’étaient pas réglés, pour moi le cœur de l’histoire, c’est-à-dire la romance était devenue trop banale, trop gnangnan.
 
J’ai bien aimé l’alternance de narration, car ça permet de tout savoir et en même temps, l’auteure s’arrêtait toujours au moment où ça laisse du suspens dans l’histoire.
 
Le côté positif c’est que j’ai beaucoup aimé le monde dans lequel évolue Rule, tatouages, piercings, c’est sexy et donc bien pour le style de l’histoire.
 
Bref, je suis plutôt mitigée pour ma reprise des romances. J’ai trouvé l’histoire trop centrée sur la vie quotidienne des personnages. Je me suis un peu ennuyée même si l’écriture est fluide.
Je vais tester le tome suivant, on verra si c’est mieux ;-)
 
 

Ce qui nous lie - Samantha Bailly


Titre : Ce qui nous lie

Auteur : Samantha Bailly

Genre : Romance / Fantastique

Editions : Milady

Date de sortie : 19/09/2014

Nombre de pages : 283

Prix : Non disponible actuellement (papier) ou 5,99 € (numérique)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler... et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.
 
Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre Raphaël, chasseur de têtes et de cœurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.
 
 
Mon avis :
 
J’aime beaucoup les romans de Samantha Bailly car ils sont simples. Simples dans le sens où tout le monde peut s’identifier aux personnages.
Et ici, Samantha Bailly a réussi à me captiver au point que je n’ai pas lâché le livre jusqu’au mot « fin », chose qui m’arrive très rarement même quand j’aime un livre.
 
Ici, on suit Alice qui va commencer un nouveau travail en tant que RH. Chose assez basique jusque-là.
Sauf, qu’elle n’est pas comme les autres car elle voit les liens qui unissent les êtres humains qui l’entourent. Chaque personne se situant à côté d’elle a des fils partant de sa poitrine et chacun d’eux correspond aux différents liens que la personne a dans sa vie. Elles voient les liens de tout le monde. Tous sauf un, son nouveau boss : Raphaël.
Elle voit que des personnes ont des liens avec lui mais de sa poitrine à lui, rien ne sort.
Raphaël ne la laisse pas indifférente, mais comment savoir ce qu’il pense d’elle puisqu’elle ne voit pas ses liens…
 
La plume de Samantha Bailly est légère, c’est pour cela que le livre est un vrai page-turner, et qu’elle m’a captivé à ce point pour savoir, si oui ou non, Raphaël est un imposteur…
 
Bref, comme je le disais plus haut, les livres de Samantha Bailly sont simples et en même temps captivants par leur réalisme (même quand il y a comme ici un côté fantastique).
Une auteure que je conseille vivement !
 
 

vendredi 15 septembre 2017

La Maison de la Nuit, HS2 Le Serment de Lenobia - P.C. Cast et Kristin Cast


Titre : La Maison de la Nuit, HS 2 Le Serment de Lenobia

Auteur : Kristin Cast et P.C. Cast

Genre : Fantastique / YA

Editions : PKJ

Date de sortie : 21/11/2012

Nombre de pages : 140

Prix : 9,90 € (papier) ou 8,99 € (numérique)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
Évreux, 1788. Avant d’être le professeur préféré de Zoé dans La Maison de la Nuit, Lenobia était « juste » une jeune fille de 16 ans. Fille illégitime d’un puissant baron, elle grandit dans l’ombre de sa demi-sœur odieuse et gâtée, Cécile.
 Mais le destin intervient : soudain, Lenobia embarque sur un bateau, entourée de jeunes filles, direction la Nouvelle Orléans, où elle sera mariée à un homme riche et puissant. Mais un évêque diabolique la remarque lors du voyage… Lenobia doit fuir et se cacher. La jeune fille saura-t-elle échapper aux dangers qui la guettent et reconnaître le véritable amour quand elle le verra ?
 
 
Mon avis :
 
Après la lecture de la première novella de la série La Maison de la Nuit : La Promesse de Dragon, j’ai continué d’intégrer les différentes Novella au cours de ma lecture des tomes principaux.
Pour information, ce tome peut se lire entre les tomes 9 et 10.
 
Comme pour les autres livres de cette série, je me suis rapidement plongée dans cette lecture.
 
J’étais très contente de commencer cette nouvelle car j’avais aimé la précédente mais elle traitait d’un personnage qui ne m’attirait pas trop, alors qu’ici il s’agit d’un personnage que j’affectionne beaucoup : Lenobia, le professeur d’équitation de la Maison de la Nuit. J’ai trouvé très intéressant d’apprendre à la connaître quand elle était plus jeune, juste avant sa Transformation.
On en apprend plus sur son caractère et ses choix de vie.
 
J’ai été très touché par l’histoire de Lenobia : les choix de sa mère, ses différentes rencontres sur le bateau l’amenant en Amérique ainsi que ses mésaventures.
 
Bref, cette novella n’est pas nécessaire pour la compréhension de l’histoire, mais comme pour la précédente, elle est intéressante et sympa à découvrir pour les adeptes comme moi de la série.
 
 

jeudi 14 septembre 2017

Cité 19, tome 2 Zone Blanche - Stéphane Michaka


Titre : Cité 19, tome 2 Zone Blanche

Auteur : Stéphane Michaka

Genre : YA / Thriller

Editions : PKJ

Date de sortie : 03/03/2016

Nombre de pages : 423

Prix : 17,90 € (papier) ou 11,99 € (numérique)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
Faustine, une adolescente d'aujourd'hui, se retrouve brusquement plongée dans le XIXe siècle. Décor grandeur nature ? Voyage dans le temps ? La réalité est bien plus inquiétante... Tandis qu'elle s'enfonce dans les profondeurs de Cité 19, une ville qui ressemble à s'y méprendre au Paris du Second Empire, Faustine découvre qu'elle n'est pas la seule à vouloir détruire le simulacre. Mais elle doit faire vite : dans son laboratoire secret, le docteur Zapruder, qui a d'autres projets pour elle, guette le moindre faux pas de l'adolescente...
 
Mon avis :
 
J’étais contente de retrouver Faustine dans le Paris du XIXème siècle car j’avais beaucoup aimé le premier tome.
Je ne suis pas une grande fan des récits dans les temps anciens mais Stéphane Michaka a su me conquérir dans le tome 1 grâce au suspens, ainsi qu’à un bon mélange entre le passé et la science-fiction.
 
Malheureusement, je n’ai pas retrouvé cet engouement dans ce tome ci.
Je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire, car l’enquête menée par Faustine n’est pas ce qui me fait aimer l’histoire, c’est plus un aspect secondaire. Ce qui m’attire, c’est plus le « comment » peut-elle être arrivé dans le XIXème siècle ? Et comment va-t-elle en sortir ?
J’ai eu la réponse à ma première question dans le tome 1. J’’attendais donc la réponse à la deuxième ici…
Mais le rythme de ce tome était un peu lent et il y avait, je trouve, un peu trop de personnages dans ce tome 2. J’ai donc eu beaucoup de mal… Par contre, j’ai bien aimé la finalité de l’histoire et je suis un peu déçue qu’elle soit, elle, un peu trop rapide…
 
Le point positif c’est la qualité de la description du Paris du XIXème siècle faite par Stéphane Michaka. Il a su me transporter, j’avais vraiment l’impression d’être avec Faustine.
 
Bref, je suis vraiment déçue d’être passée à côté de cette lecture. Ce récit, trop mou à certains moments, et trop rapides à d’autres, ainsi les personnages trop nombreux, n’ont pas su me charmer (à part Faustine)
 
 

mercredi 13 septembre 2017

Bienvenue au Cast, tome 4 Des étoiles dans les yeux - Pascale Perrier


Titre : Bienvenue au Cast, tome 4 Des étoile dans les yeux

Auteur : Pascale Perrier

Illustrateur : Diglee

Genre : Jeunesse

Editions : Rageot

Date de sortie : 23/09/2015

Nombre de pages : 202

Prix : 10,90 € (papier) ou 9,99 € (numérique)
 
 
 
Synopsis :
 
Pauline, Bastien et leurs camarades entrent en deuxième année au Cast.
Au fil des jours, ils se familiarisent avec La mélodie du bonheur, la comédie musicale qu’ils vont interpréter, et se lient avec de nouveaux élèves. Adva, à la voix d’exception et à la rondeur assumée, provoque réflexions et jalousies.
 
Pauline se demande qui sera retenu pour le rôle-titre. Emily, qui postule au Royal Ballet School de Londres, les quittera-t-elle ? Salomé, elle, participe au casting d’une série télé…
 
 
Mon avis :
 
J’ai passé un agréable moment avec les personnages du Cast.
L’année scolaire recommence avec de nouvelles têtes, de nouveaux projets et la préparation d’une nouvelle comédie musicale.
 
Les personnages sont vraiment adorables et attachants. Ils réussissent à nous prendre dans le tourbillon de leurs passions : les arts du spectacle (chant, danse, théâtre…).
Ils sont tellement passionnés que ça nous donnerai presque envie d’aller sur scène avec eux.
Toutes ces péripéties sont rythmées par la vie quotidienne de jeunes adolescents : les problèmes de cours, d’amitié, d’amour, de famille, ainsi que les complexes et les aprioris de l’adolescence.
 
Ce que j’aime beaucoup dans ces livres, outre le fait qu’ils soient très simples à lire et que l’on passe vraiment un bon moment, ce sont les petits à côté qui donnent du plus à la lecture.
J’entends par là, les beaux dessins de Diglee ainsi que toutes les notes de l’auteure qui sont présentées de manière originale et non pas tout simplement en bas de page. Elles nous présentent les pièces de théâtre évoquées dans le dialogue, certains mouvements particuliers en danse ou alors des mots techniques du spectacle.
 
Bref, une série facile à lire qui permet de se détendre en passant un agréable moment avec des personnages sympas.
 
 

vendredi 8 septembre 2017

Présentation des auteurs [16] - Erwan Ji

Des questions de présentation :

 
Peux-tu te présenter et nous parler de toi et de ta passion pour l’écriture ? As-tu toujours su que tu serais (ou voulu être) écrivain ? Quel a été l’élément déclencheur qui t’a poussé à écrire ? Depuis combien de temps écris-tu ?
Erwan Ji, 31 ans, excellent capital dentaire ! Un peu plus de soucis sur le maintien du capital capillaire.

J’ai envisagé le métier d’écrivain quand j’étais enfant, comme on envisage astronaute ou réparateur de machines à voyager dans le temps, mais ce n’était pas très sérieux. J’aimais l’idée d’être écrivain, mais je ne savais pas ce qu’écrire signifiait vraiment.

Quand j’avais 21 ans, à la fac, j’ai commencé à écrire des courts-métrages que je tournais avec des copains. À l’époque, je venais d’arrêter la musique, je composais alors beaucoup de partitions, et en arrêtant, j’ai dû combler un manque, une envie de produire. J’adorais le cinéma, mais j’étais frustré par mes limitations techniques et financières pour réaliser des films, alors après sept ou huit films, j’ai commencé à écrire des nouvelles et des romans. Et puis un jour j’ai décidé d’en envoyer un qui me paraissait sympa chez quelques éditeurs, et voilà.

 
Vis-tu de ta passion pour l’écriture ou as-tu un autre métier ?
Dans le cas d’un autre métier, comment arrives-tu à concilier les deux ? (Au niveau temps)
Est-ce que tu écris tous les jours ?
Je suis prof de FLE (Français Langue Étrangère), mais je ne fais pas ça tout le temps, ça dépend de la forme que je veux donner à ma vie. Par exemple, aux Etats-Unis, j’enseignais à plein temps et j’écrivais le soir en rentrant. Quand je vivais au Japon, j’enseignais entre 5 et 10 heures par semaine seulement, et j’écrivais quand ça me disait, le reste du temps. Cette année, je n’ai pas enseigné du tout, et j’ai préparé 2 romans. Donc ça dépend vraiment des moments. Aujourd’hui, j’ai plutôt hâte de recommencer à travailler 😃

« Écrire tous les jours », ça dépend de ce qu’on entend par là. Quand j’ai donné une date à mon éditeur et que la date approche, j’écris du texte sur mon ordinateur tous les jours, ça c’est sûr, je suis en mode intensif ! Mais de manière générale, l’écriture de texte est juste la partie émergée de l’iceberg, l’écriture, c’est surtout un long travail de maturation, penser au monde, aux personnages, à leurs relations, à tous les petits mécanismes de l’intrigue… Tout ça prend beaucoup de temps, et ça se fait avant d’écrire le texte. Je le fais dans la salle d’attente du médecin, dans la voiture, en attendant que ma soupe de courgettes cuise… Donc vu comme ça, j’écris tous les jours !

 
Peux-tu nous raconter comment tu t’organises lorsque tu écris ?
(Où puises-tu tes idées ? Comment construis-tu tes personnages ? Est-ce que tu t’inspires de tes proches, de ton histoire personnelle ?)
Lorsque tu commences l’écriture d’un roman, est-ce que tu suis un processus particulier ?
Ça dépend tellement des projets, c’est difficile de répondre.

Pour J’ai Avalé Un Arc-en-Ciel, presque tout le livre est basé sur la réalité, et la plupart des personnages sont basés sur des gens que j’ai vraiment connus. Là-dessus, j’ai brodé une histoire d’amitié et une histoire d’amour que j’ai imaginées. Pour la suite, j’ai fait un peu pareil, la plupart des trucs qui sont dans le roman sont vrais, ils me sont arrivés à moi ou à des gens que je connais.

Ces deux livres sont particuliers en ce qu’ils sont très documentaires, basés sur la réalité. Pour d’autres projets plus imaginés, c’est un long travail de maturation dans la tête et sur le tableau blanc, jusqu’à la conviction qu’il y a vraiment là de quoi produire un roman qui m’intéresse. Les idées viennent de partout, c’est dur d’en limiter l’origine !

Le processus, en gros, c’est:
1. Bonne idée (très rare)
2. Maturation de la bonne idée (très long)
3. Recherches (très pénible)
4. Maturation des personnages
5. Premiers écrits pour trouver la voix du narrateur
6. Carte du roman chapitre par chapitre
7. Écriture du texte (très douloureux)
8. Révisions du texte

 
As-tu un projet en cours ? Peux-tu nous en dire quelques mots ?
J’ai terminé d’écrire la suite de J’ai Avalé un Arc-en-Ciel récemment, elle sortira en début d’année prochaine, et je viens de finir d’écrire le 2ème tome d’une série de 4 romans d’aventure-fantasy dont les 4 personnages principaux ont 12 ans. Le premier tome paraîtra en milieu d’année prochaine.

 
Qu’est-ce que tu as ressenti quand tu as vu pour la première fois ton livre publié ? et quand tu l’as vu dans la bibliothèque de nombreux lecteurs ?
J’étais amusé ! Je trouvais ça rigolo. Mais contrairement à ce beaucoup de gens semblent imaginer dans ce cas-là, je n’étais pas spécialement ému ou excité. Le fait de voir mon histoire dans les mains des gens deux ans après l’avoir écrite était une conséquence de ce que j’avais fait, mais j’éprouvais une certaine distance vis-à-vis de ça. Quand j’écrivais juste pour mes parents, ça m’allait aussi !

 
Quel est ton plus grand souhait en tant qu’auteur ?
Bah euh, devenir riche. C’est bien pour ça qu’on devient auteur, non ? J’espère qu’on m’a pas menti.

 

Des questions pour le fun :

 
Quel est ton rêve le plus cher ?
J’adorerais écrire un scénario et le voir produit à la télé ou au cinéma. Ceci étant dit, si le génie me propose de manger des rouleaux de printemps sur une plage hawaïenne en compagnie de Halle Berry, il est assez probable que je privilégie ça, comme rêve.

 
Si tu pouvais avoir un pouvoir magique, quel serait-il ? Pourquoi ?
Voyager dans le temps ! Je ne suis pas fan de l’époque dans laquelle on vit. Si je pouvais aller dans les années 60-70 pour terminer ma vie, ça m’irait très bien.

 
Si tu pouvais rencontrer une personne célèbre (vivante ou morte), qui choisirais-tu ? Pourquoi ?
Si une personne célèbre morte pouvait revenir, je m’en voudrais de la garder pour moi. J’aimerais que Coluche revienne. Il est parti l’année où je suis né, mais j’ai découvert son œuvre en grandissant, et j’en ai conclu assez vite qu’il manquait cruellement à la France aujourd’hui.

 
Si tu pouvais recréer notre monde de manière loufoque et complétement utopique, comment l’imaginerais-tu ?
Pour avoir cette réponse, il faudra lire la nouvelle série dont je parlais plus haut. Rendez-vous l’année prochaine !

 
Peux-tu nous donner 10 infos sur toi ?
Dix, ça me paraît énorme, je surveille mon narcissisme ! 5 petites anecdotes, plutôt ? Allez.

 1. À l’école primaire, on se moquait souvent de moi parce que j’étais plus jeune (j’avais sauté une classe).

2. Depuis que j’ai vécu au Japon, je continue de baisser la tête quand je dis merci, sinon j’ai l’impression qu’il manque un truc.

3. Malgré un profil résolument littéraire, j’ai fait un bac S. Jamais rien pigé aux probabilités.

4. En terminale, j’ai eu 0 à un bac blanc d’histoire parce qu’avec un copain, on s’était promis de glisser chacun 5 mots incongrus dans notre essai sur la guerre froide. Mon copain a eu 0 aussi. Je maintiens que le reste de l’essai était très bon.

5. Je pleure très facilement devant un film. Rocky Balboa gagne un combat et sa famille crie de joie devant la télé, je suis en larmes.

 

Vous pouvez retrouver Erwan Ji :
-        Sur Facebook
-        Sur Twitter
-        Sur Instagram
-        Sur son site
-        Sa bibliographie